Avis super complet de l’Altra Olympus 3.0 – Test réels, prix et photos

Introduction

L’Olympus est (et a été) la chaussure de trail avec le plus important amorti d’Altra depuis quelques années maintenant, et c’est l’une des chaussures de trail les plus amorties qui soit produite par un fabricant.

Mais au fil des ans, l’Olympe a connu beaucoup de changements. Sorti sur le marché cet été, l’Olympus 3.0 est la plus récente version, et c’est une chaussure totalement nouvelle avec un dessus, une semelle intermédiaire et une semelle extérieure redessinés.

Altra affirme que l’Olympus 3.0 est “la chaussure parfaite pour les courses d’ultra longue distance, pour les courses rapides et pour les expéditions en randonnée”. Mais qu’en est-il des coureurs moyens, non surhumains, qui veulent juste une chaussure avec beaucoup d’amorti pour des courses de trail plus modérées ?

J’ai tendance à préférer des chaussures de style plus maximaliste, même pour des courses plus courtes, donc j’étais vraiment excité d’essayer l’Olympus 3.0. Et après environ 100 km, c’est devenu l’une de mes chaussures de trail préférées. Cela dit, elle ne sera pas pour tout le monde, donc ici, je vais voir qui devrait, et qui ne devrait pas prendre une paire d’Olympus 3.0.

Olympus 3.0 vs Olympus 2.5

Altra a apporté plusieurs changements importants à l’Olympus cette année, et ils décrivent les différences entre l’ancien Olympus 2.5 et le nouvel Olympus 3.0 ainsi :

“L’Olympus 3.0 a été complètement repensé pour plus de soutien, de stabilité et d’adhérence sur tous les terrains. La maille supérieure est plus respirante et plus résistante, avec des motifs de montagne imprimés et un GaiterTrap™ en 4 points. La semelle intermédiaire est plus souple et plus réactive grâce à l’ajout d’InnerFlex et à la réduction de 2 mm de la hauteur du talon de la semelle. La semelle extérieure Vibram MegaGrip a été élargie dans la zone du talon pour plus de stabilité, et la rainure centrale a également été élargie pour une meilleure adhérence en temps de pluie.”

Je n’ai couru dans aucune des versions précédentes de l’Olympus, mais j’ai couru dans quelques autres modèles de cette classe et je vais leur offrir mes comparaisons ci-dessous.

Aucune chute talon bout du pied

Nous en avons beaucoup parlé dans nos critiques de l’Altra Timp et de l’Escalante, mais cela vaut la peine d’aborder rapidement la plate-forme zéro-drop de l’Olympus 3.0.

C’est une caractéristique déterminante de toutes les chaussures Altra, et il est très important d’en tenir compte pour déterminer si l’Olympus 3.0 peut vous convenir.

J’aime vraiment les chaussures avec un minimum de chutes du talon aux orteils. Elles sont conçues pour permettre une foulée plus naturelle et permettent des appuis moins violents (ce qui, je dirais, est vrai étant donné mon expérience avec le Timp et l’Olympus 3.0). Mais si vous possédez des chaussures à plus forte chute (8-12 mm), nous vous encourageons fortement à consulter le plan de transition d’Altra si vous décidez de passer à une chaussure sans chute (zero-drop).

Les chaussures sans chute exigent un changement assez important dans le style de course à pied et le fait de ne pas le savoir peut entraîner des blessures, il est donc important de garder cela à l’esprit si vous passez de chaussures à talons traditionnels à des chaussures sans différence talon-bout du pied.

Adaptation

test altra olympus 3

Comme toujours, nous vous recommandons d’essayer n’importe quelle chaussure avant de l’acheter. Cela dit, je peux vous faire part de mes réflexions sur la façon dont l’Olympus 3.0 s’adapte à mon pied. Pour référence, j’ai des pieds de volume moyen, mais j’ai de gros éclats latéraux, ce qui signifie que mon pied moyen s’élargit lorsque je suis debout / en course. J’ai aussi un cou-de-pied assez bas. Je préfère les chaussures avec des zones centrales plus larges, car c’est dans cette zone que je ressens le plus souvent de la douleur en courant.

L’Olympus 3.0 est une chaussure assez volumineuse. Cette chaussure a la forme caractéristique d’Altra FootShape, ce qui signifie qu’elle ressemble un peu plus à une patte de canard qu’à une pointe au niveau des orteils, ce qui lui donne une allure effilée. La zone des orteils FootShape est conçue pour permettre à vos orteils de se déployer davantage, et je dirais que c’est tout à fait vrai avec l’Olympus 3.0 – j’ai suffisamment de place dans la zone des orteils.

Au milieu du pied et du cou-de-pied, l’Olympus 3.0 semble un peu plus volumineux que l’Altra Timp et beaucoup plus large que l’Hoka Speedgoat 2 et l’Hoka ATR 4, mais j’ai l’impression d’avoir un peu plus de place à la cheville et au talon pour ce modèle 3.0 que les modèles Speedgoat 2, Stinson ATR 4 ou encore Timp, sans avoir de gros soucis avec les talons.

Si vous aimez un ajustement super précis et serré dans vos chaussures de course, je pense que vous trouverez probablement l’Olympus 3.0 quelque peu négligé. Mais si vous avez un pied plus large et/ou si vous aimez avoir beaucoup d’espace pour que les orteils se déploient, alors l’Olympus 3.0 pourrait être une bonne option.

Partie supérieure

Altra dit que la partie supérieure de l’Olympus 3.0 est à la fois plus respirante et plus résistante que la dernière version. Bien que je ne puisse en témoigner puisque je n’ai pas utilisé l’Olympus 2.5, j’ai constaté que l’Olympus 3.0 respire plutôt bien sur les parcours en hutte.

Sa partie supérieure est encore plus épaisse et moins respirante que celle de la Speedgoat 2 et de la Timp, mais j’ai été parfaitement satisfait de son aération avec l’Olympus 3.0. Cela dit, je ne suis pas très pointilleux quand il s’agit de ventilation de mes chaussures, et si vous avez vraiment besoin d’une chaussure super respirante, il y a plein de choix avec un dessus plus fin / plus aéré.

Globalement, la partie supérieure de l’Olympus 3.0 est plus rigide que la plupart des chaussures de trail que j’ai utilisées, et se positionne davantage du côté du soutien et de la rigidité de l’ensemble du spectre. Il a quelques couches qui lui donnent une certaine structure, bien que je n’aie pas décelé de problèmes de structure. Et comme la chaussure a un ajustement assez large, elle n’a pas été désagréable ni gênante.

Semelle intermédiaire et amortie

Si vous songez à opter pour l’Olympus 3.0, c’est sans doute en partie en raison de sa semelle intermédiaire épaisse et souple. C’est la chaussure de trail la plus rembourrée qu’Altra fabrique, et l’une des plus amorties sur le marché. Et bien que l’épaisseur de la semelle intermédiaire soit importante, j’ai constaté que la sensation sur la piste peut varier considérablement avec des chaussures de même hauteur de la semelle.

Par exemple, l’Altra Timp (29 mm de hauteur cumulés) paraît complètement différente que l’Altra Olympus 3.0. La Timp procure beaucoup plus de sensation au sol que n’importe quelle chaussure à amorti de ce type que j’ai déjà essayé. Et même si certaines personnes préféreront cette option, si j’achète une chaussure avec une hauteur approximative de 30 mm, je désire qu’elle amortisse vraiment les pierres, les racines, etc. sur la piste. Et l’Olympus 3.0 fait un excellent job dans ce domaine.

Pour une chaussure maximaliste conçue pour les longs runs et/ou les terrains accidentés, l’amorti de l’Olympus 3.0 me semble plutôt idéal. Il n’est pas super spongieux ou mou, mais il a plutôt ce que j’appellerais une flexion ” progressive ” agréable. La semelle intérieure est douce, mais je ne m’enfonce pas dans l’Olympus 3.0 comme je l’ai fait dans la Timp. L’Olympus 3.0 a également une sensation assez élastique, ce que j’apprécie vraiment dans des chaussures aussi volumineuses et rembourrées, car cela les aide à se sentir un peu moins paresseux.

Comparé à la Timp, l’Olympus 3.0 est beaucoup plus élastique et offre beaucoup moins de sensation au sol. La semelle intermédiaire de l’Olympus 3.0 ressemble beaucoup à celle de l’Hoka Speedgoat 2, bien que l’Olympus 3.0 soit un peu moins sensible (ce qui ne veut pas dire grand-chose, car la Speedgoat 2 offre peu de sensations au sol au départ).

En termes de rigidité, l’Olympus 3.0 est un peu plus souple dans la longueur que la Speedgoat 2, et beaucoup plus souple dans le sens latéral que la Hoka Stinson ATR 4 (qui est une chaussure assez rigide en général). Comparé à l’Altra Timp, l’Olympus 3.0 semble un peu plus rigide longitudinalement et latéralement. J’aime le flex de l’Olympus 3.0 – il est assez souple pour que je puisse plier la chaussure et que je puisse utiliser une grande partie de la semelle extérieure en montée, mais pas trop souple au point de ne pas avoir le soutien ou de ne plus vraiment avoir la force de l’action.

Si vous voulez une chaussure qui vous permet de sentir chaque petit détail sur la piste, eh bien, vous devriez probablement arrêter de lire, car l’Olympus 3.0 ne fait absolument pas partie de ces chaussures. Mais si vous savez déjà que vous recherchez une chaussure qui offre beaucoup d’amortis, je pense que la semelle intermédiaire de l’Olympus 3.0 est tout indiquée pour ce type d’usage.

Semelle extérieure et adhérence

Acheter Altra Olympus 3

L’Olympus 3.0 est doté de la semelle extérieure TrailClaw d’Altra avec caoutchouc Vibram MegaGrip, qui est très similaire à la semelle extérieure du Timp. J’aime beaucoup la semelle extérieure de l’Olympus 3.0, et j’ai trouvé qu’elle offre une très bonne adhérence sur presque tous les terrains, à l’exception de la boue ou du sable bien profonds. Je ne me plaindrai donc pas de cela.

poids

Surprise ! L’Olympus 3.0 n’est pas une chaussure super légère. Avec environ 340 grammes par chaussure pour une pointure 45, elle est dans les plus lourdes parmi les chaussures de Trail testées dans notre top. Mais en comparaison avec d’autres chaussures de trail similaires, le poids de l’Olympus 3.0 est en fait assez léger. Et en trail, je ne remarque pas vraiment la différence de poids entre la Speedgoat 2 et la Speedgoat 2 ou la Timp (bien que j’aie l’habitude de courir avec des chaussures plus lourdes et plus rembourrées).

Pour référence, voici quelques exemples de nos poids mesurés (par chaussure, en grammes) pour certaines chaussures pertinentes.

297 Hoka One One One Speedgoat 2, taille 44
337 Altra Timp, taille 44
348 Altra Olympus 3.0, taille 44
357 Hoka One One One Stinson ATR 4, taille 44

Prix Altra Olympus 3.0

Le prix peut varier à plusieurs moments de l’année, selon les promotions et selon les nouvelles versions qui peuvent sortir, je vous recommande d’aller visiter ce lien pour avoir le prix actuel de l’Altra Olympus 3.

Sur les trails

Comme je l’ai noté plus haut, l’Olympus 3.0 se caractérise par une sensation assez élastique qui aide à compenser son poids plus lourd et sa conception volumineuse. Cette chaussure offre très peu de sensation au sol, ce qui me convient tout à fait pour une chaussure avec autant d’amortis. Je n’ai jamais éprouvé de fatigue aux pieds après avoir couru dans l’Olympus 3.0, ce qui n’était pas le cas avec la Timp.

La seule vraie critique que j’ai à formuler au sujet de l’Olympus 3.0 concerne la stabilité de la chaussure. La grande hauteur de la chaussure et son ajustement assez volumineux la rendent un peu encombrante sur les sentiers plus techniques. J’ai dû faire plus attention à l’emplacement de mon pied pour éviter de me retourner la cheville dans l’Olympus 3.0 comparé au Timp et au Speedgoat 2.

Bien sûr, une chaussure qui a autant d’amortis que l’Olympus 3.0 ne sera pas aussi stable et précise que des chaussures moins amorties. C’est un compromis que vous devez accepter quand il s’agit de chaussures dont le style est plus maximaliste. Et sur les pistes moins rocailleuses et techniques, je n’ai eu aucun problème avec la stabilité de l’Olympus 3.0. Mais sur les pistes avec beaucoup de terrain irrégulier, je me sentais certainement plus confiant dans la Speedgoat 2 et la Timp qui étaient moins amorties.

Donc, si vous courez de longues heures sur des sentiers parsemés de gros rochers ou d’autres obstacles, vous n’aurez qu’à vous demander dans quelle mesure vous privilégiez l’amortissement plutôt que la stabilité et la précision.

Longévité

Photo altra Olympus 3

Après environ 120 km, l’Olympus 3.0 tient le coup. Le seul problème que j’ai remarqué est que la doublure juste à côté de la partie supérieure de l’œillet de l’une des chaussures se déchire un peu (c’est une section de 3mm x 3mm environ). Je ne l’ai pas remarqué en courant dans les chaussures, mais je vais certainement garder un œil dessus à mesure que j’accumulerai des kilomètres dans l’Olympus 3.0. Et j’inclurai une mise à jour de la longévité à long terme dès que j’aurai fait plus de kilomètres avec.

À qui elle est destinée ?

C’est assez simple : si vous recherchez une chaussure maximaliste, très amortissante et que vous n’êtes pas très attachés aux sensations au sol ou à une excellente stabilité sur piste technique, l’Olympus 3.0 est une excellente option. Assurez-vous simplement de tenir compte de l’ajustement plus volumineux de la chaussure et de la plateforme zéro-drop avant d’appuyer sur la gâchette.

En résumé

L’Altra Olympus 3.0 est une chaussure de trail maximaliste qui fait à la perfection ce qu’elle est censée faire. Le système réduit considérablement les chocs avec les roches et les racines, offre une très bonne adhérence sur la plupart des surfaces et offre un amorti suffisant pour les longs trajets sur les sentiers accidentés. Sans surprise, ce n’est pas la chaussure la plus stable, et ce ne serait donc pas mon chouchou pour les pistes très techniques. Mais si vous êtes prêt à renoncer à un peu de précision et de stabilité en échange d’une conduite très souple, l’Olympus 3.0 est une excellente option.

Envie de vous procurer ces chaussures de trail au meilleur prix ? Vous pouvez cliquer juste ici <-

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire avec votre avis !

Leave a reply